« Dès l’instant où l’on tisse des liens d’attachement entre humains et animaux chacun peut devenir le symptôme de l’autre »
Boris Cyrulnik


Il est fréquent que pour tenter d’expliquer le(s) comportement(s) dérangeant(s) du chien de compagnie le terme « dominant(s) » soit utilisé.
Une certaine culture cynophile affirme que la clef « d’une bonne relation » entre l’homme et son chien n’est qu’une question de hiérarchie, et qu’il est pour cela essentiel que le propriétaire se positionne vis-à-vis de son chien comme « chef de meute », pour être le dominant et ne pas être dominé par son animal.
Vision réductrice et simpliste limitant la relation entre humain(s) et chien(s) comme un éternel rapport de pouvoir et de force, avec tout ce que cela implique de méthodes violentes et incompréhensibles pour et sur l’animal.
A cela s’ajoute des poncifs dangereux, empiriques comme par exemple mettre la main dans la gamelle du chien lorsqu’il s’alimente, réprimander l’animal en le secouant par la nuque (comme le ferait sa génitrice), réprimer coûte que coûte le grognement du chien lorsque l’animal se trouve en situation de malaise, suivi d’autres idées reçues plus abracadabrantes les unes que les autres.

Un chien pourrait-il nous prendre pour un de ses congénères ?

Michel Chanton (éthologiste et créateur de la profession de comportementaliste) fut le premier à avancer qu’il ne pouvait exister de hiérarchie entre deux espèces différentes.
En effet, la hiérarchie est un système de relations permettant d'assurer la stabilité d’un groupe d’individus de la même espèce.

Lorsqu’un chien adopte un comportement indésirable et incompréhensible pour les propriétaires il est fréquent (toujours au nom de cette sacro sainte idée de dominance) que les « maîtres » en difficultés attribuent les agissements gênants de leur chien comme une sorte de délinquance qu’il va falloir impérativement « re dresser » par le biais de séance de dressage communément appelée éducation canine, ou en suivant des conseils lus sur des forums (la plupart du temps inefficaces car non personnalisés) : punitions, récompenses, plaquage du chien au sol, colliers étrangleurs, anti-aboiements, etc.
Il existe tout un panel de recettes dites miraculeuses prétendant solutionner les comportements indésirables du chien.
Après avoir semble t’-il tout essayé, il arrive parfois que les propriétaires découragés envisagent de se séparer de leur chien.

Entre l’ombre inquiétante du loup des contes de notre enfance et l'image des chiens animés de sentiments humains des dessins animés, où en sommes nous dans notre relation avec nos toutous ?

Lorsqu’un chien adopte des comportements indésirables, inquiétants voire dangereux au sein de sa cohabitation avec l’humain, faut il « re dresser » l’animal pour se faire enfin entendre de la bête ou lui chuchoter à l’oreille des mots d’amour ?



Le comportementaliste, un autre regard et une autre approche sur les comportements indésirables de nos chiens de compagnie.


L’homme et le chien sont deux espèces différentes qui pourtant cohabitent, aussi il est important de souligner les capacités exceptionnelles de nos compagnons canins qui partagent notre vie et nos codes sociaux (sans toutefois les comprendre).

N’oublions pas que le chien est un animal captif qui s’adapte comme il le peut avec ce que nous lui proposons de vivre et que ses capacités d’adaptation extraordinaires ne sont pas sans limite.

Que ce soit pour des conduites agressives, des comportements « d’agitations », « de l’ hyper attachement », des destructions dans la maison, des urines et/ou des défécations dans l’habitat, des aboiements intempestifs, tout comportement a une valeur communicative variable et variant selon le contexte ou il apparaît. Sous forme de codes sociaux propres à son espèce, l’animal communique sa situation d’inconfort et de malaise.

Prétendre faire cesser un comportement indésirable en le contrant ou en agissant directement sur l’animal est faire fausse route.

Avant d’être en mesure de trouver une solution qui soit adaptée, il est essentiel de prendre en considération de multiples éléments (entre autre les conditions d’élevage de l’animal, son histoire, sa relation avec les divers membres de la famille humaine vivant avec le chien, le rythme de vie et l’environnement dans lequel maîtres et chien évoluent, le(s) contexte(s) dans lequel(s) le(s) comportement(s) indésirable(s) de l’animal apparaissent.

Après un entretien téléphonique et une consultation de deux heures à votre domicile, un véritable comportementaliste sera en mesure de vous expliquer les causes de l’origine des « maux » de votre animal, et de vous aider en vous proposant dans la gestion des échanges au quotidien une mise en place qui soit lisible pour votre chien, donc plus sécurisante afin que la cohabitation (re) devienne harmonieuse.

Violaine Forest
Comportementaliste relation Homme-Chien



Vous êtes sur le site de Violaine Forest comportementaliste.

Pour toutes difficultés avec votre chien, Violaine Forest se déplace à domicile.
Tel: 06 66 37 06 29

comportement du chien
Création de site internet autoweb-creator | Création de sites internet pour entreprises | Hébergement du site internet